Dérive en float

Salut à tous !


Il y a une dizaine de jours de cela, le vent d'autan soufflait fort sur la rivière. Les rafales à 70 km/h dissuadaient tout pêcheur de sortir son bateau, y compris moi. Mais il y a une possibilité qui s'offre à nous pour moins subir le vent et pêcher en évitant le bruit des vagues sur la coque du bateau, je parle évidemment du float tube!


Mes amis et moi même décidons donc de mettre nos engins à l'eau à un endroit, puis de laisser une voiture en aval pour ne pas avoir à remonter vent et courant cumulés, chose infaisable!


Le vent étant de la partie, nous misons sur des leurres volumineux à la recherche de gros brochets, qui se font plutôt rares et discrets sur la rivière ces dernières années.

Pour ce faire, j'emploie une canne casting ALX ZOLO Dragger, d'une puissance de 10-40g (H) un moulinet casting bien compact garni d'une tresse de 16 centièmes. Ma tête de ligne est réalisée en fluorocarbone 40 centièmes de la marque VICIOUS Pro elite, conçu aux USA pour résister à l'abrasion des branchages immergés pour la pêche du Bass en heavy cover. J'aime avoir confiance en mon montage lorsque je pêche, j'en mets donc 2.50m environ pour être certain de rester discret dans une eau assez claire. Ensuite j'y noue 25cm de fluorocarbone VICIOUS Pro elite en 72 centièmes, cette fois ci pour limiter les risques de coupe par les brochets.



J'ai toute confiance en mon montage, car le matériel qui le compose est de grande qualité. Je réalise mes nœuds aussi souvent que possible préalablement à mes parties de pêche et en prenant tout mon temps, afin d'éviter de casser bêtement sur un poisson, quelle que soit sa taille, parce que perdre un beau poisson est rageant, mais lui laisser un leurre handicapant dans la gueule l'est davantage.


Une fois la dérive entamée, je suis forcé de constater qu'il va être compliqué de contrôler nos leurres convenablement, mais maintenant qu'on y est, autant faire de notre mieux.


J'enchaine les lancers, je peigne plusieurs types de postes jusqu'à arriver sur une zone de blocs de rochers sur lesquels mon leurre de 18cm bute à répétition, jusqu'à ce qu'il tombe sur un bloc rocheux un peu énervé, c'est bien une touche! Je ferre ressens des coups de tête lourds dans ma canne, mais il se décroche!

Je suis vraiment frustré, je sais que je n'aurai pas cinquante touches dans l'après midi vu que je pêche avec un leurre très sélectif. En inspectant mon leurre souple, je constate un seul trou assez profond, j'en déduis qu'ils s'agissait d'un sandre car il n'y a ni lacération de brochet, ni mucus ou râpes de dents

de silures dessus.

Je poursuis ma dérive, poussé par le vent d'Est violent par moments. Arrivé au pied d'une belle cassure, c'est un joli sandre (estimé à 70-75cm) qui me casse le poignet en interceptant mon leurre à ras le fond. En secouant la tête en surface, il éjecte mon leurre et se faufile entre me jambes alors que j'essaie de le monter sur mes waders. Décidément, c'est pas la joie aujourd'hui.


Deux heures se passent sans la moindre touche, les jambes chauffent tant il est difficile de se maintenir sur les postes vent et courant dans le dos.


Au 3/4 de notre dérive, j'arrive sur une zone plus profonde avec là encore un fond constitué de blocs rocheux. je m'applique et peigne chaque recoin de la zone jusqu’à la touche tant espérée! BOOM! Cette canne à une résonance hors du commun!


Je comprends dès les premières secondes de combat que le client au bout est bien plus gros que celui que je cherchais. Les coups de tête violents mettent à l’épreuve mon matériel et mes nœuds, qui bien que réalisés soigneusement, ont leur limite face à un poisson de ce gabarit.


Pendant les 10 premières minutes, je SUBIS, il n'y a pas d'autre mot! Je limite les dégâts en palmant comme un fou pour l'empêcher de regagner la bordure et ses encombres, suite à quoi notre petit jeu s'arrêterait brutalement. Il en est hors de question, j'ai déjà eu trop peu de réussite les heures précédentes...


Mais l'animal connait bien son habitat, il gagne le fond et essaie de couper mon fil dans les blocs rocheux. Je réduis immédiatement la tension pour éviter que les rochers agissent comme une lame de rasoir sur mon fil. je garde contact pour être prêt à le brider de nouveau, dès sa sortie des rochers. Ça y est! je le bride de nouveau, j'en bave! Ne trouvant pas de solution, le poisson adopte un autre comportement et pars vers le large, Ça commence à sentir bon!


Voyant que je suis attelé à un truc qui bouge depuis trop longtemps pour que ce soit le fond, mes amis me rejoignent et filment la fin du combat en mode "montagnes russes" !




La courte séance photo est toujours un chouette moment, l'occasion de prendre le temps d'admirer une dernière fois ce poisson, avant de le remettre à l'eau...



Pas évident de bien présenter ce poisson, très glissant et lourd !


Mais on y arrive, enfin!


Je ne peux que vous souhaiter de passer des moments pareils en cette saison 2016, quels que soient les poissons ou encore leur taille, l'essentiel reste pour moi de les partager entre amis comme ça à été le cas pour celui là.

La saison du sandre et du Black-Bass arrivent à grand pas, n'hésitez pas à me contacter pour peaufiner votre technique lors d'une journée guidage à bord de mon bateau.

Excellente saison à tous! A bientôt !


Featured Posts
Recent Posts
Search By Tags
Pas encore de mots-clés.
Follow Us
  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle